Des témoignages ethnographiques in situ

Un internaute me demande s'il existe des témoignages comparables à ceux de N. Pelletier ou W. Buckley sur les autres continents. La question est si stimulante qu'elle mérite un message complet.

Je connais assez peu de récits du même ordre - mais ma connaissance est doublement limitée par le fait que je ne suis pas un anthropologue professionnel, et par l'immensité de la littérature ethnographique (la littérature « non savante » étant peut-être plus riche encore que la littérature savante). Au sens strict, les aventures de N. Pelletier et W. Buckley peuvent être qualifiées d'immersions involontaires ; tous deux se sont retrouvés à leur insu, durant de longues périodes, totalement isolés parmi un peuple qui n'était pas en contact avec une société étatique. Au premier abord, je ne vois que trois autres exemples qui répondent de manière stricte à ces critères, tous issus du continent américain :
1. À tout seigneur tout honneur, les tribulations de Hans Staden qui, au XVIe siècle, ont fourni la matière d'un des plus anciens (et populaires) récits ethnographiques qui soient. Staden était un marin allemand qui, près de Rio de Janeiro, fut capturé par les Tupinamba. Cette tribu avait comme étonnante coutume de conserver ses prisonniers durant de longues périodes, des mois voire des années, leur permettant de vivre une vie normale et de prendre femme... avant de les exécuter et de les dévorer lors d'un banquet anthropophage à caractère rituel. On trouve facilement le texte de Staden (assez court, mais rempli de détails intéressants) en français, sous le titre Nus, féroces et anthropophages (ed. Métailié).

Il est à noter que les aventures de Staden on été portées au moins deux fois à l'écran. Une version tournée en 1999 par L. A. Pereira, sobrement intitulée Hans Staden, suit très fidèlement le livre. Une autre, réalisée au début de années 1970 par N. P. dos Santos, et portant le titre savoureux de Qu'il était bon mon petit français s'en écarte un peu plus. Toutefois, ces deux films respectent scrupuleusement la vérité ethnographique (montrant notamment les protagonistes entièrement nus, et refusant de les affubler d'un pagne politiquement et religieusement correct). On peut visionner le film de dos Santos sur Youtube :


2. Beaucoup plus près de nous, il y a la vie d'Helena Valero, enlevée par les Yanomami d'Amazonie lorsqu'elle était enfant et qui vécut une vingtaine d'années parmi eux. Ses propos, recueillis par un ethnologue professionnel sous le titre Yanoama, sont disponibles en français (dans la collection « Terre humaine ») et d'un intérêt exceptionnel.

3. Enfin, au Nord-Ouest du continent, dans des sociétés très différentes, là encore un marin occidental eut le privilège (?) d'être fait prisonnier et de pouvoir, après deux ans et demi de captivité, regagner sa terre natale. C'était au tout début du XIXe siècle, le marin s'appelait John Jewitt, et il publia ensuite ses mémoires sous le titre The sufferings and adventures of J. R. Jewitt. Celles-ci n'ont jamais été traduites en français, mais les internautes anglophones peuvent les lire en ligne gratuitement.

Encore une fois, il y a certainement bien d'autres textes qui mériteraient de compléter cette trop courte liste. Et il va de soi qu'il existe bien d'autres récits tout à fait dignes d'intérêt, à commencer par ceux émanant de gens ayant été au contact direct de telles sociétés, sans parler bien sûr de ceux qui ont été dictés par les membres de ces sociétés eux-mêmes.

2 commentaires:

  1. Bonjour Christophe,
    Merci pour cette réponse plus qu'enrichissante.
    J'essaierai de me pencher sur les ouvrages évoqués.
    Il me semble qu'on trouverait davantage de témoignages ethnographiques du même type (aventuriers, voyageurs etc.) si l'on prenait en compte les sociétés non-étatiques dont les structures sociales seraient demeurées largement ou relativement inchangées suite à leurs contacts avec des sociétés étatiques.
    Je cherche des ouvrages de ce type pour le continent américain. Mais on touche peut-être ici à de l'ethnographie plus classique.
    Merci encore!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Hijo

    Ce post devrait vous intéresser : suivez le lien

    Bien cordialement

    RépondreSupprimer