Un entretien sur la famille dans la revue Tout est à nous

La revue Tout est à nous, dans son numéro 43 (mai 2013), m'a offert une double page pour discuter des formes de famille, de la filiation, de la parenté, et de quelques autres choses encore.

Merci à elle !

12 commentaires:

  1. Libertaire => libéral
    Libéral => capitaliste
    Les femmes, les enfants et les hommes n'ont rien à gagner de l'égalitarisme (qui est une idéologie).
    Les gens, vulnérables par nature (malgré l'idéologie franc-maçonne de l'homme-Dieu), ont besoin de protection et de limites (indissociables).
    L'indépendance financière de la femme et l'individualisme modernes déresponsabilisent à la fois la femme et l'homme dans leur rôle de compagnons et de parents. La multiplication des séparations en est la conséquence, dont les enfants paient cher les dégâts. Mais l'homme et la femme paient cher (au propre comme au figuré) également ces échecs.
    L'engagement pour fonder et protéger une famille élève l'homme et la femme, donne du sens à leur vie. La société et l'entourage doivent aider le couple dans ce noble projet. Noble projet qui rapporte moins que l'individualisme (consumériste) aux élites (capitalistes). Élites qui ont tout intérêt à détruire les protections de l'individu salarié et endetté (donc esclave) et consommateur que constituent la famille, les religions et la nation.
    La nouvelle religion de l'Egalité et des Droits de l'Homme (avec ses saints, ses lieux de culte, son clergé, ses rites et fêtes...) est l'idéologie dont se sert le libéralisme/capitalisme pour isoler et donc mieux contrôler les individus (vulnérables par nature).

    RépondreSupprimer
  2. « les protections de l'individu salarié et endetté (donc esclave) et consommateur que constituent la famille, les religions et la nation. »

    Bravo ! Travail, Famille, Patrie (et Église, tant qu'à faire), il n'y a que ça de vrai pour lutter contre la ploutocratie judéo-communisto-franc-maçonne !

    Merci d'avoir égayé ma journée.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense qu'une mère sera toujours mieux placée qu'un homme sans enfant, aussi intelligent soit-il, pour juger de ce qui est bon pour la femme et l'enfant.
    Respectueusement.

    RépondreSupprimer
  4. "Il est interdit d'interdire" : (ultra-)libéral, donc capitaliste.
    On ne peut pas sérieusement fustiger le pouvoir et l'argent (des autres), et dans le même temps les rechercher (pour soi). Je trouve plus cohérent/honnête d'aller au bout de la logique, en réclamant des freins/limites à ces deux dangers pour tous.
    La lutte pour l'égalité des sexes masque et contrecarre la vraie question de la lutte des classes.
    L'idéologie égalitariste est l'ennemie de la majorité, donc de la (vraie) démocratie.
    Je vous remercie d'avoir prêté attention à l'humble opinion d'une femme, trentenaire, mère, célibataire (jamais mariée), salariée, endettée (logement), catholique non-pratiquante...
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  5. Une catholique mère célibataire ? Mon Dieu.
    Mais comme vous luttez contre l'égalité des sexes, j'imagine qu'il vous sera beaucoup pardonné du côté de la Sainte Eglise.
    Amen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne répondez pas sur le fond, mais ne pouvez réprimer de l'ironie/cynisme à l'égard d'une humble femme "moderne" qui vous donne son humble avis sur ce qui la concerne (humblement) directement, et vous voulez nous faire croire que vous œuvrez pour la cause féminine...
      En tout cas, ce sont des gens comme vous qui œuvrez consciemment ou non contre les intérêts du petit peuple.

      Pendant que nos dirigeants, solidaires, trafiquent secrètement (discrétion assurée par les médias, la police et la justice infiltrés/complices) à grande échelle en terme de montants en jeu et de dégâts sociétaux (scandale de l'hold-up de l'usure appliquée aux peuples-Etats et aux individus, déculturation et déracinement des peuples, débauche et consumérisme, avortement-infanticides, dénaturation de la reproduction humaine avec la PMA/GPA, travail des femmes, scandales sanitaires et écologiques, brevetage du vivant, etc...), ils laissent sciemment dériver le système pour justifier son effroyable faillite (et donc les mesures de rigueur qui vont s'en suivre contre notre système de protection sociale), et pour très classiquement monter les gens (les 99%) les uns contre les autres (secteur privé vs secteur public, jeunes vs vieux, français de souche vs français récents issus de l'immigration, femmes vs hommes, hétéros vs homos, tout le monde vs les musulmans, etc...), pour mieux encore les fragiliser et donc les contrôler (exploiter) tous.

      Ainsi, les gens vont focaliser sur telle ou telle catégorie/communauté, sans voir l'ampleur de la seule véritable arnaque à l'origine de tous nos maux, à savoir l'emprise totale de réseaux mafieux esclavagistes (usure) et sataniques dans nos "ripoubliques"/"démoncraties".
      Le choc des civilisations, la guerre civile sont recherchés tout azimut par nos élites, pour tout d'abord éloigner d'elles la colère croissante des peuples, mais aussi pour justifier ensuite la mise en place de nouvelles mesures liberticides pour maintenir l'ordre.

      En France, la sainte trinité chrétienne a été remplacée (non par le petit peuple, mais par ses nouvelles récentes élites qui n'ont plus rien de noble) par le ternaire républicain :
      * liberté (ultra-libéralisme libertaire et mondialiste/apatride)
      * égalité (pour la populasse, profane : nivellement vers le bas, laïcisme anti-religieux, individualisme, égalitarisme idéologique avec déni de l'ordre naturel et de la différenciation/complémentarité...)
      * fraternité (maçonnique, réservée aux seuls initiés).

      Contre les intérêts du petit peuple (dont les femmes), consciemment ou non.

      Supprimer
    2. Chère "humble" militante d'extrême-droite

      N'étant pas psychiatre, je ne sais quelle est la réponse "sur le fond" à apporter à quelqu'un qui, s'éclairant sans doute aux cierges bénis, pense que le satanisme dirige le monde et croit en la sainte trinité.

      Sur ce, ce blog n'ayant pas pour vocation d'offrir une tribune à vos délires moyenâgeux, j'ai le plaisir de vous informer que vos interventions n'y seront désormais plus publiées.

      Bon vent.

      Supprimer
  6. Merci pour cet entretien dans la revue. dans ton communisme primitif, si me souvenirs sont bons , tu n'abordes pas les relations homosexuelles. mais le bouquin est pourtant utile dans le domaine du combat contre l'oppression des homosexuels - qui résulte par mécanisme indirect de l'ordre sexiste fondé sur la division sexuelle du travail. ça reste à creuser.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Gael

    Effectivement, mon Communisme primitif parle très peu de l'homosexualité, pour la raison qu'il s'agit d'un sujet très complexe et qui mériterait d'être traité en lui-même. Contrairement à ce qu'on lit souvent, je suis convaincu qu'il n'existe aucune relation simple entre l'ordre sexiste (la domination masculine) et la répression de l'homosexualité. Notre propre société conjugue en effet ces deux traits, mais ce n'est nullement une règle générale.

    Je n'ai pas lu de manière systématique sur l'homosexualité dans les sociétés primitives, et je ne saurais dire s'il existe des cas où celle-ci est réprimée sans qu'existe une domination masculine marquée. Mais en sens inverse, on peut très bien avoir une domination masculine sans répression particulière des homosexuels (cas des berdaches en Amérique du Nord). Plusieurs sociétés de Nouvelle-Guinée (dont les Baruya) sont même connues pour leur machisme extrême qui se conjuguait à des rites initiatiques homosexuels (pour les garçons). Dans ce cas, l'homosexualité n'était pas seulement admise : elle était prescrite (dans certaines formes et circonstances).

    Plus près de nous, l'Athènes antique conjuguait sans souci une détestation des femmes et une valorisation de certaines relations homosexuelles.

    Bref, il y aurait là une sacrée matière à travail et à réflexion et, pour moi, un champ presque entièrement inconnu à défricher...

    Amitiés

    RépondreSupprimer
  8. oui évidemment, en quelques lignes à 8h avant une journée de travail, j'ai été un peu lapidaire. Mon propos ne s'appuie d'ailleurs pas vraiment sur mes bien faibles connaissances des sociétes primitives mais sur une connaissance de cette oppression et l'observation de la société aujourd'hui. Je ne sais pas si j'a raison mais j ai l'impression que certains des cas que tu cites, sont des cas où les relations homosexuelles (sous la forme de rites ou autre) étaient utilisées ou admises pour renforcer, favoriser la domination masculine. Bien sûr, c'est un sujet complexe, aussi parce qu'à l'évidence les relations homosexuelles rituelle et la relation que mon compagnon et moi même vivons malgré l'oppression (regards repreneurs , insultes, inégalité de droits et surtout dans les faits etc) n'ont rien à voir. D'ailleurs l'homosexualité est une concept récent (et par la même l'hétérosexualite aussi). Ce que nous apprennent les sociétés plus proches de nous, et le système actuel, c'est que.l'oppression des homosexuels est liée à celle de femmes et à la division sexuelle du travail par un mécanisme indirect. difficile de développer sur le clavier de mon téléphone maintenant. mais c'es finalement ce qu'on confirmé les réactionnaires qui.ont occupé les rues cette année et ce sont acharné à défendre l'ordre sexiste, la différence des sexes en quelque sorte la division sexuelle du travail. les sociétés primitives pourraient nous donner quelque bribes d'explications ou nous imposer d'autres questions.

    RépondreSupprimer
  9. Au plaisir de te rencontrer et de t'écouter sur Conversation... à l'université d'été du NPA (si tant est que je n'anime pas un débat au même moment)en tout cas.

    RépondreSupprimer