Pages

« Une aristocratie à l'âge de pierre ? » : un colloque à venir

Cela fait quelques mois que je travaille à ce projet en bonne compagnie – plus particulièrement, celle d'Emmanuel Guy –, et nous pouvons dorénavant l'annoncer publiquement à son de trompe (de mammouth ?) : l'événement est acté !
À l'automne 2019, se réuniront donc un certain nombre de chercheurs (archéologues et anthropologues), dans le but de faire le point sur les divers indices susceptibles d'indiquer que les sociétés du Paléolithique récent de l'Eurasie (ou, tout au moins, certaines d'entre elles) n'étaient pas nécessairement aussi économiquement égalitaires qu'on l'a généralement pensé jusqu'à présent.
Le colloque, sous-titré « L'égalitarisme des sociétés du Paléolithique en question » se tiendra au Musée National de Préhistoire des Eyzies, dont le directeur, Jean-Jacques Cleyet-Merle, lui a apporté un vigoureux soutien : qu'il en soit ici chaleureusement remercié !
La liste des intervenants se constituera peu à peu ; l'objectif étant que les contributions, plutôt que des monographies se focalisant de façon étroite sur un cas précis, privilégient des approches synthétiques, qui éclaireront explicitement la question du colloque. Ces communications prendront place dans les quatre ateliers thématiques suivants :
  1. Méthodologie et comparatisme ethnologique
  2. Environnement, démographie, stockage et sédentarité
  3. Pratiques funéraires
  4. Production artistique et artisanales.
Ces ateliers, auxquels s'ajoutera le cas échéant une table ronde finale, laisseront une large place à la discussion collective. L'événement fera également l'objet d'une publication dans une (ou plusieurs) revues académiques de premier plan.
Emmanuel Guy et moi-même faisons bien évidemment partie du comité scientifique. Mais celui-ci, à la composition encore provisoire et destinée à s'élargir, peut d'ores et déjà se flatter de compter dans ses rangs les noms de Boris Valentin (Professeur à l'Université Paris I, ARSCAN) et de Bruno Boulestin (HDR, UMR 5199-PACEA, Bordeaux et, accessoirement, intervenant régulier sur ce blog sous des initiales qui ne le dissimulent guère).
Pour terminer, voici le texte de présentation de l'événement, que les lecteurs intéressés sont cordialement invités à relayer !

Une aristocratie à l'âge de pierre ?

L’égalitarisme des sociétés du Paléolithique supérieur en questions
Dans un livre paru il y a dix ans 1, Brian Hayden suggérait la possibilité que tout ou partie des populations du Paléolithique supérieur eurasiatique aient vécu dans des sociétés marquées par des inégalités de richesse. Récemment, une hypothèse convergente a été avancée 2, selon laquelle le savoir-faire exceptionnel des peintres de Lascaux ou de Chauvet ne pourrait s’expliquer que par un apprentissage de longue durée impliquant déjà une forme de division sociale du travail inconnue dans les sociétés économiquement égalitaires.
L'ethnologie a depuis longtemps établi l’existence de chasseurs-cueilleurs présentant des disparités socio-économiques importantes et pouvant être qualifiés de ploutocraties 3. Cette configuration s’oppose néanmoins au modèle social traditionnellement attribué aux peuples du Paléolithique supérieur. Pour l’archéologie, en effet, les inégalités de richesse ne seraient apparues en Europe que comme une conséquence progressive et plus ou moins lointaine des innovations liées au Néolithique.
Depuis longtemps pourtant, divers indices tels les tombes richement dotées de Sungir ou les cabanes en os de mammouth du pavlovien ont intrigué les chercheurs. Ces dernières années, d’autres éléments potentiellement contradictoires avec le modèle égalitaire semblent s’être accumulés, soit par des découvertes nouvelles, soit par le réexamen d’un matériel déjà connu.
S’il n’est vraisemblablement pas possible en l’état de trancher pour l’une ou l’autre hypothèse, il nous est apparu urgent de procéder à un inventaire critique des données archéologiques (habitats, sépultures, productions techniques et symboliques…) susceptibles d’éclairer cette problématique majeure de l’évolution sociale. C’est tout le sens de cette table ronde qui se propose de réunir des spécialistes reconnus afin de dresser un état des lieux des connaissances, d’en évaluer la pertinence et, dans la mesure du possible, d’envisager de nouvelles pistes d’investigation.

1. Hayden B., L'Homme et l'inégalité, l'origine de la hiérarchie à la préhistoire, Cnrs édition, 2008.
2. Guy E., Ce que l’art préhistorique dit de nos origines, Flammarion, 2017.
3. Testart A., Les chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités, Société d'ethnographie, 1982.

4 commentaires:

  1. Hem, pour l'agenda, Les-Eyzies c'est dans le 24, pas dans le 33...

    RépondreSupprimer
  2. Si c'était bien le cas au paléolithique on peut affirmer que notre oligarchie (autoproclamée "élite") est restée à l'âge de pierre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. Et si je peux me permettre de citer un grand ancêtre : « Les rapports de production bourgeois sont la dernière forme antagonique du procès social de la production. Il n’est pas question ici d’un antagonisme individuel ; nous l’entendons bien plutôt comme le produit des conditions sociales de l’existence des individus ; mais les forces productives qui se développent au sein de la société bourgeoise créent dans le même temps les conditions matérielles propres à résoudre cet antagonisme. Avec ce système social c’est donc la préhistoire de la société humaine qui se clôt. » (Karl Marx, Critique de l’économie politique, 1859)

      Supprimer