mardi 3 septembre 2013

En mémoire d'Alain Testart (1945-2013)

Alain Testart vient de s'éteindre des suites d'une longue maladie. Il avait 67 ans, et encore de nombreuses recherches et projets de livres qu'il n'aura pas eu le temps de mener à bien.

L'auteur des Chasseurs-cueilleurs et l'origine des inégalités, du Communisme primitif, des Dons et des Dieux, des Éléments de classification des sociétés et, tout récemment, d'Avant l'histoire, laisse une œuvre immense. Ce travailleur acharné était un érudit, mais il était avant tout un extraordinaire raisonneur, qui toute sa vie s'est employé à sortir l'ethnologie tant de l'évolutionnisme spéculatif du XIXe siècle que de l'anti-évolutionnisme stérile du XXe, occupant ainsi une place tout à fait singulière dans sa discipline. Et s'il ambitionnait de construire une théorie générale de l'évolution sociale — générale, au sens où elle aurait tenu compte de l'ensemble des particularismes — celle-ci ne pouvait, à ses yeux, que s'appuyer sur une connaissance exhaustive des faits sociaux et sur leur analyse rigoureuse. Alain Testart ne détestait rien tant que l'approximation, que les à-peu-près qui permettent, sur tous les sujets, de dire à la fois tout et rien, et encore son contraire. Tous ses écrits, et c'est là leur immense mérite, défendent une thèse ; en toute clarté, sans tricherie aucune, en exposant les arguments et en combattant ceux de ses adversaires. On peut certes ne pas être d'accord avec tel ou tel de ses raisonnements ; mais ceux-ci s'offrent toujours à l'acceptation ou à la critique, en toute lumière. En cela aussi, Alain Testart était sinon unique, du moins bien rare.

Je ne développerai pas ici les nombreux doutes, ou désaccords, que peuvent soulever certains points de son oeuvre. Le plus évident est qu'Alain Testart ne se réclamait plus du marxisme depuis longtemps, et qu'il avait rejeté le matérialisme historique pour rechercher la pierre philosophale de l'explication des sociétés dans un hypothétique « rapport social fondamental ». Parmi ses thèses, importantes ou secondaires, nombreuses sont celles qui peuvent également être mises en cause. Mais quelle que soient leur validité, ces thèses sont fécondes, car elles prennent à bras-le-corps les questions de structure et d'évolution sociale, qu'elles bousculent les certitudes établies et les catégories si floues qu'elles n'expliquent plus rien.

Alain Testart a établi bien des résultats et défriché bien des pistes nouvelles. Sans doute certaines se révéleront-elles des impasses, ou des voies de traverse ; mais gageons que même ses erreurs, parce qu'elles procédaient des bonnes questions et d'une méthode raisonnée, permettront indirectement aux futurs chercheurs de s'approcher plus près de la vérité... à condition, précisément, qu'il se trouve de tels chercheurs pour s'inscrire dans ses problématiques et prolonger ainsi son œuvre.

Le site officiel d'Alain Testart : http://www.alaintestart.com

4 commentaires :

  1. Sais-tu si un de ses livres ou même seulement un ou deux articles interressants de lui auraient pu être traduits en allemand ?

    Même question pour l'anglais : j'ai cherché un peu, et il y aurait bien un article qui semble intérresant paru dans la revue (?) "Dialectical Anthropology 12", mais comment se le procurer, ca a pas l'air simple.

    Merci de ton aide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En allemand, j'ai bien peur qu'il n'y ait rien. En anglais, il y a plusieurs choses... essentiellement dans des revues à accès électronique payant :

      — 1982 « The significance of food storage among hunter-gatherers : residence patterns, population densities, and social inequalities », Current Anthropology 23 : 523-537 (with comments).
      — 1987 « Game sharing systems and kinship systems among hunter-gatherers », Man 22 : 287-304.
      — 1988 « Appropriation of the social product and production relations in hunter-gatherer societies », Dialectical Anthropology 12 : 147-164.
      — 1988 « Some major problems in the social anthropology of hunter-gatherers », Current Anthropology 29 : 1-31 (with comments).
      — 1989 « Aboriginal social inequality and reciprocity », Oceania 60 (1) : 1-16.
      — 2013 « Reconstructing Social and Cultural Evolution: The Case of Dowry in the Indo-European Area », Current Anthropology, Vol. 54, No. 1, pp. 23-50.

      Mais il y a aussi en accès libre le premier chapitre de sa Critique du don, dont la traduction anglaise a été publiée par la revue Hau :

      — 2013 « What is a gift? », chapter translated from Critique du don, Hau, Vol. 3, n° 1.

      Supprimer
  2. Merci de ces références ! Tu me les abandonnes vraiment ou bien tu attends une sorte de contre-don ?

    RépondreSupprimer