Pages

Livres

 

Justice et guerre en Australie aborigène

Préface de J.-P. Demoule
Smolny – 2021 – 14 x 21 – 351 p. – 16 €

« Que peuvent nous apprendre les Aborigènes australiens sur la guerre au sein de sociétés sans richesses ? Telle est la question explorée ici à partir d’un examen minutieux des sources ethnographiques qui révèle l’ampleur et la violence de leurs conflits collectifs. Dépourvus de tout but économique ou politique, ces affrontements s’inscrivaient dans un fascinant système judiciaire dont les ressorts sont ici analysés pour la première fois. Le cas australien fournit une base précieuse pour l'étude du phénomène guerrier chez les autres chasseurs-cueilleurs, et questionne le supposé pacifisme de notre propre préhistoire. »

 

Justice and Warfare in Aboriginal Australia

Lexington Books – 2020 – 16 x 23,5 – 290 p.

« Meticulously examining ethnographic sources, Christophe Darmangeat argues that warfare among Australian Aborigines was mostly an extension of their judicial systems. He demonstrates how violent conflict occurred when circumstances prohibited regulated proceedings. »

Comptes-rendus :

 

Le profit déchiffré

La ville brûle – 2016 – 14 x 21 – 224 p. – 15 €

« Déchiffrer le profit, c’est révéler la nature de cette quantité qui gouverne l’économie mondiale et, avec elle, l’existence de milliards d’individus. Qu’est-ce que le profit ? Par quoi, et surtout par qui, est-il créé ? Quels mécanismes régissent sa répartition, et comment contribuent-ils à obscurcir son origine ? C’est à ces questions que ce livre s’attache à répondre, en soulignant l’actualité brûlante des découvertes réalisées il y a 150 ans par celui qui a mis à nu les rouages cachés de la société capitaliste afin de la frapper au cœur : Karl Marx. »

Comptes-rendus :

 

Conversation sur la naissance des inégalités

Agone – 2013 – 13 x 19 – 200 p. – 12 €

« Les inégalités n’ont pas toujours existé. Plus encore, leur apparition est loin d’avoir partout suivi le même chemin que celui emprunté par l’Europe et les Proche et Moyen-Orient, le plus souvent résumé par le modèle de la « révolution néolithique ». Montrant la volonté de la collection « Passé & Présent » d’élargir son champ chronologique (jusqu’aux périodes les plus anciennes) et au-delà de l’histoire proprement dite (ici, la « préhistoire » et l’ethnologie), cet ouvrage de vulgarisation insiste sur l’importance d’une approche universelle de l’évolution des sociétés dites « primitives ». S’appuyant sur les très nombreux exemples de sociétés étudiées par les ethnologues et les voyageurs alors qu’elles étaient encore vivantes, il montre le cas de sociétés durablement égalitaires ainsi que la variété des chemins empruntés vers l’inégalité. »

Comptes-rendus :

 

Le communisme primitif n'est plus ce qu'il était

Smolny – 2012 [2009] – 14 x 21 – 464 p. – 20 €

« Lorsqu’en 1877, l’anthropologue Lewis Morgan publia sa Société archaïque, Marx et Engels s’enthousiasmèrent pour ce qui représentait selon eux la première analyse scientifique des sociétés primitives et, par extension, de la préhistoire des sociétés de classes. Dans son célèbre ouvrage L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Engels en prolongeait les principales conclusions et établissait ainsi sur l’évolution de la famille et l’origine de l’oppression des femmes ce qui allait devenir la référence marxiste. Depuis lors, les matériaux ethnologiques et archéologiques se sont accumulés, et les fragments épars ont laissé place à une vaste fresque ; malheureusement les tentatives d’actualiser cette contribution sont restées bien rares.
Tel est bien l’objectif poursuivi par cet essai qui, tout en relevant sans complaisance les nombreuses conceptions dépassées de L’Origine de la famille…, suggère que la méthode matérialiste et critique proposée par Marx et Engels pourrait bien rester la meilleure clé pour pénétrer le lointain passé des sociétés humaines et mettre à jour la racine de l’inégalité des sexes. »

Comptes-rendus :

Aucun commentaire